La Postebank : Entre le marteau et l’enclume

0

Entre la grève illimitée du Syndicat de la Poste et la grogne de sa clientèle la Postbank ne sait plus où donner de la tête.

Le 25 juillet, comme tous les mois, les fonctionnaires se sont rendus dans leurs établissements bancaires respectifs. Cependant, ceux domiciliés à la Postebank ont eu la malheureuse surprise de trouver guichets fermés. Ceci est dû au fait que les employés de la Postebank sont en grève suite à la menace de licenciement du personnel annoncée par la direction de l’établissement. Lors de l’Assemblée générale qui les réunissait le week-end dernier on apprenait de la voix du Secrétaire général du Syndicat national de la poste que les paiements allaient être suspendus “Nous n’allons pas payer, et ce, malgré les intimidations et autres manœuvres. Nous voulons gêner sérieusement pour que les autorités trouvent une solution à notre problème”. Menaces aussitôt mises à exécution dès le lundi 25 juillet.

Les différentes agences de Libreville, Oyem, Bitam, Mouila, Port-Gentil ont donc été prises d’assaut par les fonctionnaires furieux qui refusent de partir sans être rentrés en possession de leurs salaires. Des manifestions sont actuellement en cours notamment à Oyem et Bitam [nous y reviendrons, NDLR].

Il faut rappeler que cette grève intervient après les récents déboires de l’établissement financier qui annonçait une perte de 400 milliards FCFA l’an dernier. Ce qui avait entraîné le limogeage, en octobre dernier, du Directeur Général de la structure Alfred MABIKA MOUYAMA remplacé par Michael ADANDE qui affirmait quelques temps après sa prise de fonction que l’établissement n’était pas en faillite. Comment expliquer dans ce cas les limitations de montants de retrait hebdomadaire imposés par la banque à ses clients, sans parler des plannings de passage dans les différentes agences établis en règle par la Postebank et toutes les autres tracasseries auxquelles doit désormais faire face sa clientèle?

Ce sont autant de questions qui ne semblent pas rassurer la clientèle essentiellement composée d’agents des administrations publiques, de retraités, et d’étudiants, domiciliés à la Postebank depuis le lancement du programme de bancarisation lancé par le gouvernement gabonais en 2014.

Pour lors le mouvement de grève illimité initié par le syndicat des agents de la Postebank se poursuit annonçant une fin de mois difficile aux compatriotes qui attendent toujours de pouvoir retirer leurs salaires.

A cela aucune communication de la part la direction de la Postebank.

Laisser un commentaire