Justice : le syndicat des magistrats dénonce des nouvelles irrégularités

0

Suite à l’assemblée générale tenue le vendredi 8 juillet dernier, au cours de laquelle il était question de rendre compte des travaux portant sur le cahier des charges des magistrats du Gabon et l’examen des nominations du Conseil Supérieur de la Magistrature du 27 juin 2016, le Bureau exécutif du Syndicat national des magistrats du Gabon (SYNAMAG) a tenu un point de presse ce mardi 12 juillet au Palais de Justice.

Sur l’examen du cahier des charges des magistrats du Gabon au sein de la commission bipartite « Bureau du Synamag-Ministère de la Justice » institué par un arrêté du Vice-premier ministre, ministre de la justice garde des sceaux et des droits humains, le syndicat des magistrats par la voix de son président a sollicité : « l’ouverture des tribunaux administratifs de Port-Gentil et de Franceville, ainsi que l’attribution de l’immeuble loué à Batterie IV aux juridictions administratives disloquées de la Cour d’Appel administrative et du tribunal administratif de Libreville avant la rentrée judiciaire ».

Sur les nominations du dernier Conseil supérieur de la Magistrature, le Synamag dit avoir observé un temps de réflexion avant de se prononcer sur les nominations. Il estime aujourd’hui que : « l’inscription au grade hors hiérarchie de collègue ne remplissant pas les conditions d’ancienneté prévues par la loi portant statut des magistrats, l’intégration d’une élève magistrat directement à la fonction de procureur de la république adjointe près le tribunal judiciaire de première instance de Franceville, la rétrogradation de quelques collègues à des fonctions inférieurs à celles antérieurement occupées à savoir, des procureurs adjoints, nommés substituts du procureur, d’un avocat général nommé conseil à la Cour d’appel et de 8 magistrats stagiaires titularisés alors même qu’ils n’ont pas accompli leur année préparatoire ».

Ces nominations que le Synamag considère comme de nouvelles atteintes volontaires ou par erreurs au statut des magistrats, justifient davantage la nécessité qu’il soit admis aux travaux préparatoire du CSM, comme c’est le cas pour le Syndicat national des greffiers (Synagref) qui participe aux travaux en commission des mesures individuelles avec le ministre de la justice garde des sceaux.

Au terme de sa déclaration, le président du Synamag, Germain Nguema Ella a précisé que le syndicat dont il a la charge : « tient à obtenir sa participation aux travaux préparatoires du Conseil supérieur de la magistrature avant juin 2017 ».

Suivez la vidéo de la déclaration

 

Laisser un commentaire