Justice : « Firmin Ollo victime d’une chasse à l’homme orchestrée par la puissance publique»

0

Arrêté ce jeudi 21 juillet 2016 à Libreville aux alentours de 21h, Firmin Ollo Obiang, coordonnateur des jeunes du premier parti de l’opposition gabonaise l’Union Nationale (UN) a été conduit manu militari dans les locaux de la police judiciaire (PJ).

A cet effet, notre équipe a donc tenu à rencontrer un de ses collaborateurs et amis pour en savoir plus sur la question. Monsieur Lionel Ella Engongha, vous êtes un proche de Firmin Ollo comment va-t-il ?

Firmin est une fois de plus privé arbitrairement de sa liberté de mouvement et aucun homme ne peut bien se sentir lorsqu’il est victime d’une justice à géométrie variable.

Pourquoi s’est-il retrouvé dans ces locaux ?

Il est victime d’une chasse à l’homme orchestrée par la puissance publique. Il y est pour son amour de la mère Patrie qu’il défend avec hargne chaque jour.

Vous nous apprenez qu’il  n’est plus dans les locaux de la police judiciaire, qu’en-est-il exactement ?

Vérification faite, je peux vous assurer qu’après avoir passé 4 jours en garde à vue, Firmin Ollo a été entendu que ce lundi par le procureur de la République puis déféré à la prison centrale. Il se retrouve en détention parce qu’il  a demandé le respect de la Constitution gabonaise, notre loi fondamentale.

L’opinion publique dénonce des irrégularités autour de cette arrestation du coordonnateur des jeunes de l’UN. La garde à vue s’entend comme étant une mesure de privation de liberté prise par un officier de police judiciaire pour maintenir le suspect d’un crime ou d’un délit à la disposition des enquêteurs.
Toutefois, cette mesure de privation est encadrée par la loi. Au Gabon, l’article 50 du code de procédure pénale énonce  que : « (…) la durée de la garde à vue ne peut excéder 48 heures ». Malheureusement, dans ce dossier l’on constate que les délais prévus par le Code de procédure pénale  n’ont pas été respectés malgré les multiples dénonciations dans les médias nationaux et internationaux.

 

Laisser un commentaire