Justice : constitution d’une cellule de défense pénale des avocats en réponse au tout répressif

3

Le climat socio-politique actuel est parsemé de multiples arrestations des citoyens gabonais. C’est le cas de Jean Rémy Yama, secrétaire général du Syndicat national des enseignants et chercheurs (SNEC) et coordonnateur des « Témoins actifs », de Roger Ondo Abessolo, secrétaire général du Syndicat national des transporteurs (Synatrass), de Jeff Blampain jeunes activistes du Mouvement des jeunes de l’UPG (MJU), de Melvin Gondjout, fils du député démissionnaire du PDG Vincent de Paul Gondjout, d’Alex Haworet membre du Mouvement des jeunes du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) et bien d’autres. Des arrestations tout azimut aux allures arbitraires dont les fins seraient purement politiques.

Suites à ces dernières, un collectif d’avocats regroupés en cellule de défense pénale a vu le jour récemment. Son but est de défendre l’ensemble des militants du changement arrêtés nous confie Maître Anges Kevin NZIGOU du Cabinet Zassi Mikala. Outre lui, Maitres Marie Dose et Eric Moutet du barreau de Paris et de Maitre Eric IGA-IGA du barreau du Gabon.

D’autres avocats épris de liberté et sensible au tout répressif dans lequel s’englue les autorité judiciaire, viendront défendre devant les tribunaux et cours, soit oralement, soit par écrit, l’honneur, la vie, la liberté et les intérêts des justiciables arrêtés, gardé à vue en dehors du cadre légal  et les éclairer de leurs conseils. C’est le cas nous précise Me Nzigou de « Me Ntoutoume devrait rejoindre le collectif mais il n’a pas encore confirmé, de Me Cedric Maguisset (…) il y en aura d’autres ».

Les travaux du collectif d’avocats regroupés en cellule de défense pénale débuteront ce lundi 18 juillet 2016.

Crédits photo : lemonde.fr

3 Commentaires

Laisser un commentaire