Hyacinthe M’ba Allogho : « Ledoux est un usurpateur »  

1

C’est à l’occasion d’une déclaration que Ghislain Ledoux Mbovoue Edou a marqué son soutien à Estelle Ondo, vice-Présidente de l’Union Nationale (UN), sous le coup d’une procédure disciplinaire depuis qu’elle a accepté d’entrer au gouvernement d’Emmannuel Issoze Ngondet au  poste de ministre de l’Economie forestière, de la Pêche et de l’Environnement chargé de la Protection et de la gestion durable des Écosystèmes.

Ghislain Ledoux Mbovoue précise dans sa déclaration qu’ « en répondant à l’appel du président de la République à un dialogue sur le devenir de la gouvernance et du développement économique du Gabon, Mme Estelle Ondo ne trahit pas ses convictions. », pour lui, la nouvelle ministre ne trahit pas le peuple qui continue d’espérer au changement.

Une déclaration à l’occasion de laquelle, l’orateur s’est fait passer pour le président du Mouvement des jeunes  militants de l’Union Nationale. Or le 11 août dernier, Ghislain Ledoux Mbovoue Edou alors président du Mouvement Panafricain le Citoyen Conscient, se retrouvait face à la presse au siège de l’Alliance Démocratique et Républicaine (ADERE), pour s’exprimer sur le climat sociopolitique du pays et sur les pressions dont il faisait l’objet. Il citait en exemple Firmin Ollo Obiang coordonnateur national du mouvement des jeunes de l’Union Nationale comme victime des arrestations arbitraires du gouvernement. 

Comment est-il redevenu président du Mouvement des jeunes de l’Union nationale ?

La question posée aux membres de cette formation politique, les réponses sont édifiantes. Pour Hyacinthe M’ba Allogho,  « le président de l’Union des Jeunes de l’UN s’appelle Firmin Ollo’o depuis le dernier Congrès. Élu par les congressistes sur une liste de trois candidat Ledoux n’en faisait pas partie ». Faisant remarquer que Ghislain Ledoux Mbovoue Edou  n’avait même pas « osé se présenter pour succéder à lui même et conserver son poste lors du dernier congrès ordinaire. Les candidats avaient pour noms : Firmin Olo’o, Serge Zeng Ango et Marcel Biko’o. C’est Ollo’o qui a été élu par le congrès. Donc…Ledoux est un usurpateur ».

Hyacinthe Marcel M’ba Allogho juge la sortie de l’ancien leader des jeunes  «  suffisamment cynique ». Pour lui, faire une déclaration en usurpant « le titre et les responsabilités de quelqu’un qui est arbitrairement détenu. C’est une complicité active…».

Sergine Ndong, une autre membre de l’Union nationale condamne cette sortie de leur ancien camarade « Ledoux est en rupture avec l’UN, il était avec Léon Paul, ensuite avec certains émergents, depuis de nombreux mois il est avec les gens du pouvoir, il devient même leur indic ».

Pour Cyd Aubiang « Ledoux avait créé un mouvement parallèle hors du parti qui n’a de lien ni de près ni de loin avec le mouvement des Jeunes. Comme vous le constatez, il n’y a la présence d’aucun jeune de l’UN si ce n’est des petits enfants qu’il a ramassé de gauche a droite pour justifier son théâtre ». C’est l’ « usurpation de trop » nous confie le membre du mouvement des jeunes de l’Union nationale tout en déplorant la transhumance de certains mise à nue ces dernières semaines. « Faire un communiqué, c’est lui donner trop d’importance » conclut-il.

1 COMMENTAIRE

  1. Et ça recommence! Les gabonais viennent en politique d’abord pour leurs propres intérêts, leurs ventres, ils ont tellement faim! Le plus surprenant est que même ceux qui se sont enrichis depuis s’entêtent dans ce comportement miséreux! On est pas sorti de l’auberge!

Laisser un commentaire