Des politiques à la barre devant le tribunal correctionnel de Libreville

0
Les audiences inscrites au rôle du lundi 04 juillet 2016 au Palais de Justice étaient essentiellement politique ou du moins les les prévenus et victimes avaient pour la plupart cette qualité.
 
La première d’entre elle opposait, le Ministère public et  Ali Bongo Ondimba contre Jean Ping. Lequel était poursuivi pour diffamation et injures publiques.
 
La seconde affaire porte sur des faits qui ont défrayé la chronique il y a quelques semaines. Il s’agit de l’affaire dite ” des cafards “. Dans celle-ci, c’est donc le Ministère Public et le Gouvernement de la République gabonaise représenté par Monsieur Serge Bertrand Abessolo contre Jean Ping pour incitation à la révolte, à la haine et à la désunion des citoyens.
 
La dernière des affaires inscrites au rôle, est initié par le Ministère public et Jean Ping contre Hervé Patrick Opiangah, la chaîne de télévision Télé Africa, Clémence Mezui et Faustin Boukoubi  pour des faits de diffamation, de faux et d’usage de faux en écriture privée.
 
Dans les deux premières affaires, les avocats de la défense ont plaidé l’exception d’inconstitutionnalité prévue par l’article 86 de la Constitution gabonaise. L’exception d’inconstitutionnalité est la possibilité qu’a un justifiable, à l’occasion d’un procès devant une juridiction, d’invoquer qu’une disposition n’est pas conforme à la Constitution.
 
Après l’ouverture des débats de chaque rôle, le Tribunal après avoir entendu les différents arguments des parties, les a renvoyé au jeudi 7 juillet 2016 pour le délibéré.
 

Laisser un commentaire