Gabon – Dette intérieure : une première tranche payée aux PME

0

Le Comité interministériel d’audit et de certification de la dette intérieure de l’État (CIACDIE), procède depuis quelques jours déjà au paiement des créances dues aux PME. Au total c’est   une quarantaine de PME gabonaises qui passeront à la caisse pour cette première tranche.  

Le CIACDIE, par l’entremise de son président, Fabrice Andjoua, a fait le bilan de la situation avec les PME au cours d’une réunion tenue ce 28 novembre, « Il est question que dans les prochains mois, on arrive à l’épurement de la dette intérieure au niveau des PME pour éviter ces étranglements qui ont pénalisé le gouvernement » a indiqué Fabrice Andjoua Bongo Ondimba.

Selon Erick Mauro Nguema, responsable de PME, « Beaucoup d’entreprises étaient sur le point de de mettre la clé sous le paillasson. Ce paiement immédiat vient nous soulager et renforcer notre partenariat avec l’Etat », avant d’ajouter qu’ « il faut toutefois préciser que les entreprises ont reçu des petites avances sur ce qui leur est véritablement dû ».

La dette intérieure qui s’élève à 200,9 milliards de Fcfa selon les chiffres annoncé par le ministère du Budget et des Comptes publics. Ainsi l’apurement bien que partiel de cette dette vient conclure une série de procédures « allant de l’audit, à l’authentification en passant par la vérification ». Estimé à 100 milliards de Fcfa, le paiement de cette première tranche se fera par virement bancaire et s’étalera sur une longue période.

«Nous sommes d’abord passés par la phase de vérification sur le terrain après le service fait pour voir si les travaux avaient été effectués ou pas. On a pu constater qu’il y avait une grande disparité entre les demandes réclamées à l’État et la réalité des services faits. La troisième phase était la consolidation qui consistait à voir comment nous pouvions passer au règlement. Au terme de ces vérifications, nous avons constaté des disparités énormes. Au départ, il y avait des demandes qui allaient au-delà de 400 milliards. Après audit et vérifications, nous sommes arrivés autour de 100 milliards de francs», a indiqué Fabrice Andjoua Bongo Ondimba.  

Laisser un commentaire