Front social : Maurel & Prom Gabon en grève illimitée

0

C’est dans une note référencée ONEP_BN_10/16_426 du 16 octobre 2016, adressée aux employés de Maurel Et Prom Gabon que la Secrétaire nationale chargée de la réglementation, des relations extérieures et de la communication a lancé le mot d’ordre d’entrée en grève illimitée.

En effet, le 10 octobre dernier, un préavis de grève illimitée avait été déposé à la demande des employés par l’Organisation national des employés du pétrole (Onep)  auprès de l’administrateur général adjoint de l’entreprise Maurel Et Prom Gabon.

Ce préavis, était constitué de deux points focaux à savoir : L’annulation de la procédure de sanction par la Direction générale de Maurel Et Prom contre les 11 salariés sortis du site d’Onal le 23 septembre dernier, la réintégration dans leurs postes de travail respectifs avec paiement des salaires et primes correspondants à la période de suspension et notification individuelle adressée à chacun sur les mesures ci-dessus prises par la Direction générale pour contribuer au maintien de la paix sociale au sein de l’entreprise; l’octroi du bonus de  performance (production et LTI) de l’année 2016 à hauteur de 1.500.000 FCFA par employé, compte tenu de l’excellence des résultats marquée par le dépassement des niveaux d’objectifs fixés.

Les points mentionnés ont été discutés les jeudi 13 et vendredi 14 octobre en présence de l’Inspecteur du Travail chargé du Secteur Pétrolier (Istrap) et ont essuyé un refus catégorique de la part de l’employeur Christophe Blanc.

Ainsi, en se basant sur les dispositions de l’article 345 du Code de travail, le Bureau national informe qu’ « une grève illimitée qui couvrira l’ensemble des établissements de la société Maurel Et Prom Gabon ( bases et sites pétroliers) dès ce lundi 17 octobre à 03 heures du matin ». Par la suite, le Bureau national a rappelé que « le service minimum dans le secteur pétrolier n’est applicable qu’aux activités, services, postes de travail dont l’arrêt est de nature à compromettre le bon déroulement des services qui ont un impact sur la santé, la vie et la sécurité des hommes (Arrêté N’003/PR/MTEPS du 22 mars 2010)», de ce fait, il poursuit « en l’absence d’un procès verbal sur le service minimum vous n’êtes pas autorisés à exercer une quelconque activité dans le cadre du service minimum, sauf pour les situations d’urgences médicales et de protection des installations ».

Le Bureau national de L’Onep reste toutefois à la disposition de l’employeur et de l’inspecteur spécial et demande aux employés de «rester mobilisés et disciplinés dans les piquets de grève mis en place à cet effet sur les lieux de travail et d’informer le siège de tout acte qui pourrait être initié par l’employeur, dans le but d’entraver le droit constitutionnel de grève reconnu à tout travailleur ».

Cette grève illimité vient ternir davantage le climat social qui n’est pas au beau fixe depuis le début de la crise post-électorale. Nous y reviendrons.

© Crédit photo : Gabonreview

Laisser un commentaire