Fonction publique : dynamique unitaire en grève générale illimitée

2

Les récents événements qui ébranlent l’actualité sociopolitique gabonaise en disent long sur l’état de santé du pays.

En effet, réunie en assemblée générale extraordinaire le samedi 16 juillet dernier, la confédération syndicale Dynamique Unitaire vient de lancer un appel à une grève générale illimitée de l’ensemble des travailleurs du secteur public. Par l’entremise de l’un de ses responsables Simon Ndong Edzo qui s’est exprimé devant les médias, la structure syndicale avait inscrit à l’ordre du jour de son assemblée générale extraordinaire deux points essentiels, d’une part : « La libération des camarades Jean-Remy Yama, Roger Ondo Abessolo, Firmin Koumba Mba, respectivement président de Dynamique Unitaire, secrétaires confédéraux et tous les autres concitoyens injustement et arbitrairement emprisonnés depuis le 9 juillet 2016 » et d’autre part « le paiement immédiat de la prime incitative à la performance (PIP) du deuxième trimestre 2015 et des rappels dus aux agents de l’État attendu depuis le 31 décembre 2014 ».

Après la clôture des débats en assemblée générale, les syndicalistes auraient décidé de lancer un mouvement de grève générale illimitée à compter de ce lundi 18 juillet 2016 dès 7 heures sur l’ensemble du territoire. Cette action vise notamment à faire pression sur le gouvernement en vue d’obtenir satisfaction de tous les éléments évoqués dans le cahier de charges.

Cet énième mouvement des travailleurs vient s’ajouter aux nombreuses revendications observées depuis déjà quelques mois dans l’ensemble des secteurs d’activités économiques, alors que le pays est en pleine fièvre électorale. Une situation qui risquerait d’alourdir le paysage sociopolitique dans les prochains jours si elle n’est pas prise en compte par les autorités compétentes.

Crédits photo : africatime.com

2 Commentaires

  1. Ce gouvernement est totalement indifférent à toutes les revendications. C’est comme s’il vous disait, parlez toujours, ou encore, laissez passer le temps, ils finiront bien par s’essouffler.
    Ma proposition, allons sur le terrain politique pour les dégager du pouvoir. C’est pour moi le seul combat qui vaille face à l’organisation mafieuse qui s’est installée à la tête de ce pays.

  2. Je suis parfaitement d’accord avec Monsieur Wolo, la pays va mal et certains veulent toujours nous faire croire qu’on est dans la démagogie alors que ce sont eux

Laisser un commentaire