Estelle Ondo : l’invitée surprise d’Emmanuel Issoze-Ngondet

0

Quelques jours seulement après l’annonce le 2 octobre dernier, du nouveau gouvernement conduit par Emmanuel Issoze-Ngondet, qui, à la stupeur générale et de l’opposition en particulier, a vu l’entrée d’Estelle Ondo, par ailleurs vice-présidente de l’Union Nationale (UN), au poste de ministre de l’Economie forestière, de la Pêche et de l’Environnement chargé de la Protection et de la gestion durable des Ecosystèmes.

Dr Zima Ebeyard Minault Maxime, a donné la position de son Parti à travers un communiqué rendu public ce 3 octobre 2016. « l’Union Nationale tient à préciser qu’elle ne se reconnait pas dans cette démarche qui n’engage que l’intéressée. » précise-t-il.

Cette nomination semble dotant plus surprenante lorsqu’on connait la position adoptée non seulement par le Parti dont le candidat Casimir Oye Mba, avait rallié Jean Ping et conteste jusqu’à ce jour la validation de l’élection d’Ali Bongo Ondimba. Une position partagée jusqu’à un passé récent par la nouvelle ministre.

Pour rappel, la vice-présidente de l’Union nationale, ministre d’Ali Bongo  Ondimba devenue, revendiquait la victoire de Jean Ping  « Ali le Gabon t’a tout donné, tu n’as pas le droit de vouloir faire un passage en force. Respecte les résultats des urnes qui donnent Ping vainqueur, ne pas l’accepter c’est vouloir un carnage dans le pays. Nous avons la quasi-totalité des PV qui démontrent bien que Ping est le véritable vainqueur de ce scrutin. Le peuple souverain n’acceptera jamais que sa victoire lui soit volée. Si tu aimes ce pays quitte dignement le pouvoir et le peuple gabonais te sera reconnaissant.», pouvait-on lire sur son profil Facebook il y a encore quelques jours.

Une position qualifiée de « sournoise, à la limite de la trahison » par certains militants, démontrant l’opportunisme et le manque de conviction de nos hommes politique. Ce retournement de veste pourrait en effet, contraindre le Parti à prendre des mesures contre sa vice-présidente, une suite qui parait logique au vue de la gravité du geste, « le Bureau Nationale réuni ce 3 octobre 2016 décide de la mise en place d’une procédure disciplinaire à son encontre et ce conformément aux dispositions des statuts et règlement intérieur de l’Union Nationale » pouvait-on lire en conclusion du communiqué.

Laisser un commentaire