Discours patriotique aux forces de sécurité et de défense

0

A quelques heures de la proclamation des résultats prévue le mardi 30 août 2016, Léon Paul Ngoulakia a tenu à adresser un message aux agents des forces de l’ordre. Nous publions ci-dessous son message in extenso.

“Mes chers compatriotes, Au lendemain de l’élection du 27 août dont les tendances indiquent la victoire du candidat Jean PING, eu égard à la collecte de l’ensemble des procès verbaux sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger, j’ai choisi de m’adresser tout particulièrement aux forces de défense et sécurité suite aux informations qui me sont parvenues.

Vous avez été mis en alerte maximale pour qu’à partir de ce soir du lundi 29 août 2016, vous accomplissiez des missions à caractère répressives sur vos compatriotes.

Je tiens à rappeler que vous vous êtes engagés à servir sous le drapeau pour l’honneur de la Patrie, pour la défense de l’intégrité territoriale, pour la sécurité des personnes et des biens, pour les Institutions légalement constituées, pour l’intérêt général, pour le peuple souverain et non pour être au service d’un homme avide de pouvoir qui veut entraîner notre pays dans le chaos.

Tout autre engagement à dessein de satisfaire l’appétit vorace de pouvoir d’un individu au détriment de la volonté populaire affirmée dans les urnes d’une manière forte et sans équivoque, est tôt ou tard, voué à l échec. Je me permets d’appeler à la conscience et à l’esprit patriotique de chaque officier, sous officier, homme de troupe, de ne pas prendre part à ces missions qui ont pour finalité la déstabilisation de notre pays et partant de la sous région .

Le peuple gabonais qui a payé de sa vie par des privations cumulatives pour la sauvegarde de la paix et de la liberté,ne mérite pas qu’on lui vole sa victoire. Je lance un appel de cœur, une invitation solennelle à vous mes frères en uniforme de penser Gabon d’abord, comme les pères fondateurs de notre République.

Enfin, je vous demande très fraternellement de ne pas participer à la destruction de notre propre pays, ni à celle de son peuple par un pouvoir illégitime qui vient d’être désavoué par la majorité du peuple gabonais.

Que Dieu bénisse le Gabon. Je vous remercie.”

Laisser un commentaire