Des manifestants gabonais déterminés à boycotter la campagne de Nicolas Sarkozy

0

Après le meeting de soutien de Franconville organisé par le sénateur-maire (Les Républicains) Francis Delattre, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois été la cible d’une dizaine de manifestants gabonais.

Etudiants pour la plupart de Lille dans le Nord de la France, ces manifestants opposés à la réélection d’Ali Bongo ont interrompu le discours de Nicolas Sarkozy.

Alors que le candidat à la primaire de la droite et du centre s’exprimait sur les questions migratoires, et le rétablissement des contrôles aux frontières, arguments de séduction dans cette région qui accueille plus de  10 000 migrants, des étudiants, portant des drapeaux du Gabon, se sont mis à scander « Sarkozy viens chercher Ali ! ».

Les milliers de militants de droite présents, d’abord surpris, haussent le ton à leur tour pour couvrir les voix des manifestants acclamant « Nicolas ! Nicolas ! » L’agitation dure plus d’une minute, plusieurs petits groupes se sont organisés dans la salle ce qui rend la tâche d’autant plus compliquée aux services de sécurité qui parviennent finalement à les évacuer de la salle.

Le candidat visiblement agacé par ces intrusions a lancé « Ici c’est la France, c’est pas le Gabon, si vous voulez parler du Gabon, retournez-y ! » avant de reprendre son discours. Une réponse qui lui a valu une pluie de commentaires sur les réseaux sociaux ou une mobilisation dédiée au boycott de sa campagne est désormais en cours et devrait durer au moins jusqu’à la proclamation des résultats définitifs attendus dans les prochains jours.

Ces manifestants qui se mobilisent à travers la France lui reprochent d’avoir, lorsqu’il était président de la République, participé au maintien d’Ali Bongo au pouvoir prenant position avant même la proclamation des résultats définitifs.

L’étape de Calais avait déjà mal débuté pour Nicolas Sarkozy. En fin de matinée, alors qu’il sortait d’une librairie de la ville de Tourcoing où une séance de dédicace de son livre avait été organisée, un groupe de militants de gauche radicale l’avait pris à partie scandant « Sarkozy en prison ! »

Laisser un commentaire