Démission collective du PDG dans la Noya

0

C’est ce que nous pouvons retenir de la correspondance adressée le 14 novembre dernier au Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG), Faustin Boukoubi dont l’accusé de réception date du 17 novembre courant.

ccbCes démissions découlent du limogeage du Maire PDG, de la commune de Cocobeach à qui  le secrétaire général du Parti démocratique gabonais reprochait d’avoir trahi sa formation politique. Cette exclusion emportait de facto, la perte du poste d’élu. Dans leur lettre, les militants des fédérations 1 et 3 du département de la Noya ont exprimé leur totale désapprobation de cette décision du Parti et ont signifié à Faustin Boukoubi leur  «démission collective du PDG».

Le parti connaît depuis plusieurs mois déjà une importante crise qui a vu le départ d’un grand nombre de partisans et de ténors. La raison serait l’absence de démocratie au sein du parti, mais également la main invisible de certains proches du président Ali Bongo Ondimba, qui emploieraient à gérer le PDG depuis le palais du bord de mer.

Un dialogue avait même été sollicité pour remettre le parti sur les rails et trouver des solutions susceptibles d’apaiser les tensions. L’appel de certains ténors tels que Barro Chambrier, Mabiala Serge, Michel Menga…etc n’a pas été entendu.

Des déclarations ont été faites des 2 côtés, au sein du parti, une scission s’est opérée et a ouvert le bal des démissions intempestives y compris celle de l’ancien président de l’assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama.

À l’issue du scrutin du 27 août dernier, Ali Bongo Ondimba s’est ordonné chantre du “dialogue national” mais avant de dialoguer avec l’opposition gabonaise, ne serait-il pas judicieux de dialoguer avec les militants de son parti?

Laisser un commentaire