Déguerpissement des logements sociaux : le procureur de la République rompt le silence

La cabale médiatique orchestrée contre le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong suite à l’expulsion manu militari de nombreux compatriote des logements sociaux d’Angondjé et de Bikélé, a contraint ce dernier à sortir de sa réserve ce jeudi 5 janvier 2017 pour apporter la lumière sur cette affaire qui a fait grand bruit au sein de l’opinion.

Traité de tous les noms d’oiseaux sur les principaux réseaux sociaux, le magistrat du ministère public a tenu à rappeler que « L’opération d’expulsion a suivi la procédure légale », s’appuyant notamment sur la régularité de cette procédure d’expulsion ordonné le 10 août 2016 par le président du tribunal de première instance de Libreville, sur demande de l’Etat gabonais via le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat.

En outre, le procureur de la République a tenu à souligner que l’exécution de cette décision de justice avait été précédé de plusieurs sommations par voie d’huissier, mais que face au refus des personnes irrégulièrement installés, le parquet s’est vu contraint de réquisitionner les agents des forces de l’ordre et de sécurité pour procéder à l’opération de déguerpissement.

Pour Conclure, Steeve Ndong Essame Ndong a affirmé que « l’opération d’expulsion a débuté le mardi 27 décembre 2016 à 9 heures et s’est achevée le vendredi 30 décembre 2016 à 12 heures. Globalement, elle s’est déroulée dans le calme, aucun dommage corporel n’a été enregistré».

Laissez votre avis