Déclaration mordante de La Voix du Mapane pour dénoncer la traque de ses membres

0

La Voix du Mapane, regroupement de jeunes de quartiers sous-intégrés de Libreville s’est retrouvé devant la presse ce samedi 06 août. La but de cette rencontre était de dénoncer la répression dont sont victimes certains de leurs membres depuis la contre manifestation de contestation de la candidature du président sortant Ali Bongo Ondimba du 9 juillet dernier.  

Réunis au quartier Avéa dans le 2ème arrondissement de Libreville, les membres de la Coordination stratégique de l’association La Voix du Mapane  se sont insurgés contre la répression dont ils font l’objet depuis quelques semaines déjà.  « Nous faisons l’objet d’arrestations et de traques, certains de nos membres ont été arrêtés pour disent-il troubles à l’ordre public », affirme un responsable appelé ” Lieutenant” de La Voix du Mapane, en ajoutant que pour les autorités « seules les occupations de la voie public sont des troubles, les commanditaires des crimes rituels et économiques peuvent courir ». 

Dans un discours plein de détermination, le ” Lieutenant” a interpellé la communauté nationale et internationale sur les dérives dont ils sont victimes : « On interpelle le pouvoir en place, la communauté internationale et nationale sur les différentes arrestations arbitraires et sur le fait que nos compatriotes soient opprimés, beaucoup de nos frères, beaucoup de nos soldats sont enfermés et d’autres sont obligés de fuir leur pays, mais réellement, nous savons qui n’est pas de ce pays,… ».

Il ajoute par la suite à l’endroit des autorités « vous avez fait fuir Bung Pinz, vous avez fait fuir Amiss (leader de la voix du mapane, NDLR) et autres,  nous avons décidé qu’Ali Ben ne sera pas président en 2017, donc envoyer des mercenaires cagoulés ne vas pas nous faire reculer ». Affirme-t-il.  

À l’endroit des leaders et candidats de l’opposition, le membre de la coordination stratégique de La Voix du Mapane ont tenu à préciser leur position et ont dénoncé les atermoiements de ces derniers quant à leur motivation a libérer le pays.

D’un ton ferme, ils ont lancé un appel aux différents candidats à la présidentielle d’août prochain afin que ceux-ci leur donne les moyens nécessaire pour arriver à une véritable alternance dans le pays et d’avertir ces derniers : « Je vous interpelle en disant ceci, si réellement, vous ne voulez pas le changement laisser les gabonais tranquille ».

Laisser un commentaire