Crimes rituels : un petit garçon de 9 ans retrouvé mort à Minvoul

2

On ne saurait l’affirmer avec certitude pour l’instant sans résultat de l’enquête toujours en cours, mais tout porte à y croire.

L’histoire se déroule en fin d’après-midi, dans la commune de Minvoul, au quartier Akontang du 25 août dernier. Le petit Jordan vient alors de disparaitre il est 18 heures. Sa famille pense d’abord à une partie de jeu entre amis qui aurait duré trop longtemps, mais la nuit tombant les inquiétudes de la famille commencent à s’amplifier.

Elle se rapproche alors des services de gendarmerie, qui diligente aussitôt une enquête.

Le 26 août aux alentours de midi, le corps de Jordan est retrouvé au détour d’une piste, un œil, la langue, son sexe et une partie du muscle fessier prélevés. Plus tard l’enquête va révéler des traces de sang découvertes dans une salle de classe de l’école publique de Nkol Ngame, faisant apparaître que l’assassinat y aurait probablement eu lieu.

La famille a porté plainte au tribunal de première instance judiciaire d’Oyem et deux individus proches de la famille – deux oncles maternels – ont déjà été appréhendés pour besoin d’enquête.

Les proches du petit garçon subiraient actuellement des pressions, nous rapporte une source familiale, toute chose qui laisserait penser à une association de criminels, plutôt qu’à un loup solitaire.

L’enquête se poursuit et devrait permettre, ou pas, de confirmer l’hypothèse d’un énième crime rituel.
Alors que le Gabon pensait avoir tourné cette page morbide de son histoire, voici un nouvel événement qui devrait relancer le débat autour de l’arrestation des commanditaires de ces crimes odieux dont certains sont connus mais restent impunis.

 

2 Commentaires

  1. sans commentaire ;vive l’emergence diront les emergents dont Basile MVE ENGONE fait la promotion.Qu’il pleuve ou qu’il neige nous allons liberer notre pays

  2. Dans le Woleu-Ntem les dernières promotions au gouvernement Issozet Ngondet I n’ont pas que fait que des heureux au vu des derniers articles commandités par certains cadres pedegistes du septentrion. Ainsi maitre Francis Nkea, promu ministre d’état et désormais doyen politique de la province depuis sa nomination est devenu la cible principale de ces « fameux hommes de terrain » qui ont fait leur temps et qui comme on le sait tous sont des funambules politiques. Pire encore, à Minvoul ou maitre Nkea jouit d’une grande estime des populations, des pedegistes déjà bien identifies s’activent à le dénigrer en projetant de commanditer d’autres articles et d’user de leurs lobbies pour parait-il démontrer au président qu’à Minvoul, Francis Nkea n’est pas l’homme de la situation. Aux dires de nos informateurs depuis Minvoul, ce petit gang de pedegistes adeptes de coups bas et partisans de la politique du ventre serait basé dans le 1er siège du département du Haut-Ntem (canton Nord et commune) ; l’unique raison de leur activisme néfaste serait la promesse non tenue par le chef de l’exécutif de promouvoir leur gourou au poste bien spécifique de ministre de l’agriculture.

    Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous tenons à féliciter ces ressortissants du Woleu-Ntem qui ont été promu dans le gouvernement Issozet Ngondet en tête desquels Maître Nkea Ndzigui, qui de par sa position devient le doyen politique du Woleu- ntem. Un poste bien mérité vu son activisme au sein du PDG et ses brillantes plaidoiries lors du contentieux postélectoral. Nous aimerions sans honte aucune dire comme certains de nos frères de Minvoul, qui d’autres mieux que Nkea peut défendre les intérêts des populations de Minvoul et partant celle du Woleu-Ntem ? Qui d’autres mieux que Nkea peut transmettre fidèlement la politique du président dans la province septentrionale ?
    A ceux de nos camarades qui contestent le choix du Distingue Camarade, nous leur rappelons cette phrase du Président Ali Bongo Ondimba : « Certains n’ont pas compris que le pays avait changé ». Par cette pique, le président signalait la fin des petits calculs politiciens mais plutôt l’avènement du mérite, de l’excellence comme condition sine qua none pour être promu a quelques postes que ce soit. Il va sans dire qu’au-delà des conditions que nous avons cité plus haut la fidélité, la loyauté au Parti Démocratique Gabonais sont nécessaires pour qu’un militant se voit promu au rang de ministre. Qui parmi les délateurs des nouveaux promus peut denier toutes ces qualités a Maitre Nkea ?
    Le dialogue politique qui s’annonce demande que la majorité présidentielle soit représentée par des émissaires compétents ayant fait leur preuve, il ne suffit donc plus d’être ou d’avoir été un parlementaire PDG pour prétendre être à la hauteur. Surtout qu’en terme de fidélités nous savons tous que plusieurs parlementaires PDG du nord sont de connivences avec l’opposition, certains sont mêmes allés jusqu’à avoir des positions dans le Rassemblement Héritage et Modernité avant de se raviser à coup de millions de dolè. Comment peut-on espérer devenir ministre PDG lorsque la collusion avec l’adversaire est prouvée ? Vu ce qui précède, nous pouvons sans sourciller dire que le président vient de faire un grand coup en évitant le piège que certains petits esprits du nord lui avaient tendu. Nous clamons ici haut et fort que Maitre Nkea, Flavienne Mfoumou Ondo, Francoise Assengone Obame et Estelle Ondo sont de dignes fils du Woleu-Ntem et ces derniers représenteront dignement les populations du septentrion et partant celles du Gabon.
    Autres arguments fallacieux des délateurs, « A Minvoul maitre Nkea ne peut rien changer face à l’opposition » ou encore « à Minvoul c’est pareil, la même stratégie affaiblir les hommes de terrain ». Nous voulons très clairement demander à ces lobbyistes véreux ce qui suit, au vu des résultats lamentables du PDG à Minvoul qui donc peut changer quelque chose face à l’opposition si ce n’est quelqu’un d’ouvert, affable et un opérateur économique comme Maitre Nkea ? Qui donc sont ces hommes de terrain ? Ceux qui n’arrivent pas à traduire le message politico-économique du président ou ceux qui ont démontré être de parfaits funambules politiques en étant un moment avec les dissidents PDGistes et a un autre avec le PDG dès que les enveloppes sont tombées ? Les populations de Minvoul savent très bien qui sont ou qui furent les hommes de terrain du PDG, d’ailleurs il ne fait l’ombre d’aucun doutes que certains d’entre eux se sont vus obliges d’intégrer les rangs de l’opposition à cause des manigances et autres coups bas de ceux qui prétendent mériter le poste de ministre mieux que d’autres. Ces derniers, passés maitres dans l’art de la roublardise devraient faire leurs cette citation d’Abraham Lincoln, « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ».
    Aux lobbyistes véreux, en espérant que notre message fraternel touchera vos cœurs nous voulons que vous vous mettiez véritablement au service du Pays, du PDG et partant au service de la politique du Distingue Camarade Ali Bongo Ondimba. La politique des intérêts personnel n’a plus sa place, le pays a changé et il serait mieux que votre logiciel politique soit mis à jour. Enfin, soutenons ceux de nos camarades qui ont été promu, demain ce sera peut-être votre tour !

    Votre Camarade de Milong -Si!

Laisser un commentaire