Coopération France-Gabon : la somme 4.050.000 F CFA exigée pour l’obtention du visa étudiant

0

Le Gabon et la France sont deux pays étroitement liés, tant par l’histoire que par les différents intérêts partagés. Leur amitié n’est plus à démontrer mais elle suscite tout de même des éclaircissements.

TLS contact est le partenaire de l’Ambassade de France, cette entreprise a la charge d’assurer le traitement des demandes de visas déposées par l’ensemble des citoyens gabonais désireux d’obtenir un visa shenguen.

Le nouveau collaborateur de l’Ambassade débarque avec une règle assez contraignantes pour les demandeurs de visas long séjour pour étudiants.

Pour le dossier de demande de visa, TLS reprend les éléments d’antan, notamment l’attestation bancaire du dépôt d’un ordre de transfert permanent et irrévocable d’un montant minimum de 615 euros soit 405.000 FCFA/mois. Auparavant ce dépôt s’effectuait mensuellement  par le tuteur de l’étudiant mais aujourd’hui les demandeurs sont confrontés à une nouvelle exigence. TLS impose aux parents ou tuteurs, « la mise à disposition à titre de caution, le somme de 4.050.000 FCFA dans un compte bloqué à la banque, avant tout obtention du visa », nous rapporte un nouveau bachelier suivant sa procédure d’obtention du visa pour poursuivre ses études supérieures en France. L’opinion s’interroge sur la légalité de cette nouvelle norme qui fixe un montant qui est de nature à asphyxier, parents et tuteurs. La coopération France-Gabon ne serait-elle plus favorable à l’admission d’étudiants gabonais sur le territoire français? Cet aspect purement financier ne serait-il pas un moyen d’empêcher les gabonais de jouir pleinement de leur droit à une bonne éducation ?

« Pour entrer sur le territoire gabonais les français ne remplissent pas toute la paperasse qu’ils demandent aux gabonais pour aller chez eux, c’est bien dommage qu’on n’applique pas la réciprocité !! » lance Gisèle clairement sidérée par la situation. Elle poursuit en disant «  quand ils demandent la photo avec fond gris c’est écrit noir sur blanc mais pourquoi ne pas notifier qu’il faut cette somme dans un compte bloqué ? Au moins tout sera limpide et les pauvres ne vont pas s’y aventurer ! ».

Quand on sait que les meilleurs ne sont pas forcément les plus nantis au Gabon, l’on se demande quel est le réel objectif visé par une telle mesure. Pourquoi la partie gabonaise reste-t-elle silencieuse ? Telles sont les questions que ce pose les personnes désireuses de poursuivre leurs études en hexagone.

Laisser un commentaire