Conseil Supérieur de la Magistrature : quelles têtes ont changé

1

C’est à la faveur d’un Conseil Supérieur de la Magistrature ordinaire qui s’est tenu le lundi 28 Juin, présidé par le Chef de l’État, que ce dernier est revenu sur les nominations intervenues lors de la session extraordinaire du 10 Mai dernier. Des nominations qui, il faut le rappeler avaient suscité lire du Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag).

Selon le communiqué final sanctionnant ces travaux, le conseil a entériné plusieurs mesures administratives visant a intégrer, titulariser ou nommer certains magistrats au différentes Cour et Tribunaux.

Il est a noté en l’occurrence que certaines personnalités dont la nomination avait été contesté par le SYNAMAG ont été nommées à d’autres fonctions, c’est le cas pour l’ancienne procureur général de la République Sidonie flore Ouwe dont la nomination comme premier président de la cour d’appel de Libreville n’avait pas fait l’unanimité au sein du corps des magistrats, qui est désormais directeur général des affaires administratives au ministère de la justice.

En outre, la nomination en qualité de premier président de la cour d’appel de Libreville de Madame Ayo Mba Paulette risque encore de suscité quelques questionnement tant la proximité avec le Président de le République n’est plus a démontré. En effet, au plus fort de la contestation sur la régularité de l’état civil du président de la république cette dernière est l’une des personnes qui avait tenu a apporté son témoignage en soutien à Ali Bongo Ondimba, à cet effet elle avait déclaré au cours d’une interview entourée de quelques membres de la famille du feu président Léon Mba que : « nous jouions ensemble dans les jardins de la présidence ».

La nomination de Madame Ayo Mba s’inscrit-elle dans la même lignée que celle de Sidonie Ouwé ? Le dessein inavoué de l’exécutif serait-il de se prémunir d’une éventuelle contestation de l’état civil du chef de l’Etat dont seul la Cour d’appel a compétence? Telles sont les questions qui se susurrent dans l’opinion.

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire