25 C
Libreville,Ga
mercredi, 7 décembre 2016
Accueil Actualités Politique Communiqué du Ministère de l’Intérieur suite à la marche dispersée du 23...

Communiqué du Ministère de l’Intérieur suite à la marche dispersée du 23 juillet 2016

9

COMMUNICATION DU MINISTRE DE l’INTERIEUR

Le samedi 23 juillet 2016, certains leaders de l’opposition ont initié un rassemblement au siège de l’Alliance Démocratique et Républicaine (ADERE) à l’effet d’organiser une marche en direction de la place de la Paix sise au rond-point de la démocratie.

La législation en vigueur en matière de réunion publiques dispose que celles-ci sont soumises à l’autorisation préalable du département dont j’ai la charge et non en une simple information.

En l’espèce, par lettre sans date ni numéro déposée à mes services, sans les identités des organisateurs ni leur adresses complètes, les responsables des partis politiques ci-après : ADERE, CDJ, PSD et UN,  faisant fi de cette exigence légale ont cru bon simplement d’informer le Ministère de l’Intérieur pour requérir l’encadrement des Forces de l’ordre.

Réagissant à cela, à travers les médias, le 22 juillet, j’ai indiqué à tous et à chacun la procédure à suivre.

En dépit de ce rappel des termes de la loi, ces responsables de partis de l’opposition ont donc appelé leurs adhérents à cette manifestation non autorisée, cherchant en réalité un motif de confrontation avec les Forces de Sécurité pour attirer manifestement sur eux l’attention de l’opinion nationale et internationale.

Il ne saurait en être autrement dans la mesure où ces mêmes leaders de l’opposition ont introduit il y a quelques jours des recours auprès des instances juridictionnelles de notre pays et que le bon sens commanderait simplement qu’ils attendent les décisions participant desdits recours.

Il est à noter que leur démarche de ce jour apparait comme une sorte de baroud d’honneur, entendu que le soulèvement et l’adhésion du peuple à leur dessein de destruction du pays ne prospère point.

L’opinion aurait souhaité mieux être édifié sur l’alternative qu’ils proposent pour notre pays.

Face aux multiples actes de provocations perpétrés par les militants des partis politiques précités, ceci, sous l’instigation de leurs leaders et, de la confrontation tant recherchée avec les Forces de l’ordre, il ressort :

  • 1 blessé grave du côté des forces de l’ordre,
  • 11 arrestations.

Une personne qui se trouverait être un Journaliste de l’Agence France Presse et qui mêlés aux manifestants a été momentanément arrêté puis relâché.

Cet incident se justifie parce que ce journaliste se trouvait au milieu des manifestants et qu’il ne portait sur lui aucun signe distinctif qui aurait pu l’identifier.

Quant à la prétendue utilisation des balles réelles sur les manifestants, je tiens à démentir avec la plus grande vigueur cette allégation qui ne repose sur aucun fait.

Telle est, Mesdames et Messieurs, la réalité des faits  perpétrés ce jour par les partis politiques de l’opposition.

Fait à Libreville, le 23 juillet 2016.

Pacôme MOUBELET-BOUBEYA.

9 Commentaires

  1. Monsieur le ministre pourquoi lorsque le parti au pouvoir fait les marche vous ne leur interdisez pas de marché or pour les opposant c’etait une marche pacifique dplus il n’y a plus de droits ô gabon fut que vous fiolez l’article 10 en défendant vos intérêt, nous sommes tous gabonais et on a les mêmes droits

  2. c’est vraiment n’importe quoi, ce sont toujours les mêmes qui se font attaqués. A chaque fois que les opposants du pouvoir en place essaient de faire quoique se soit, on leur met toujours des bâtons dans les roues alors qu’ils ont des droits, ce sont de VRAIS gabonais. Pourquoi le pouvoir en place lorsqu’il fait des manifestations en désordre partout la police ne va pas eux aussi les attaquer? Jamais on entend que la marche des opposants a bel et bien eut lieu et qu’elle s’est passée sans heurte. Que Dieu aide la Gabon

  3. Bravo monsieur le ministre, nous condamnons les comportements qui visent à déstabiliser notre pays. Ces hommes qui se revendique opposants connaissent largement le droit.
    Vive la réélection du président Ali BONGO pour un Gabon meilleur

Laisser un commentaire