Changement climatique : l’engagement du Gabon pour le développement durable

0

Le Président de la République Ali Bongo Ondimba, est intervenu ce mardi à la tribune de la conférence onusienne COP22 pour « réitérer l’engagement inconditionnel du Gabon à lutter contre le changement climatique et à promouvoir un développement durable consistant concrètement à ne pas renoncer au développement sans pour autant insulter l’avenir ».

Accueilli par le Roi du Maroc, Sa Majesté Mohammed VI, hôte de cette “COP de l’Afrique et de l’action”, le Chef de l’Etat en a appellé à la sagesse des Parties « afin que soit conservé l’esprit inclusif qui a permis l’adoption de cet Accord historique ». Car, a-t-il insisté, « nul ne doit être laissé sur le bord du chemin ».

Après avoir rappelé que peu d’accords internationaux avaient connu l’engagement et la célérité qui ont caractérisé l’Accord de Paris sur le Climat – adopté par 196 Parties au Bourget en décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre dernier -, Ali Bongo Ondimba a souligné que l’engagement du Gabon s’exprimait à travers sa Contribution nationale visant à réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre. « Le Gabon ne ménagera aucun effort pour réaliser sa transition énergétique. »

A l’heure déterminante des engagements attendus en clôture de cette conférence, le Gabon poursuit la diminution de la pression exercée sur la forêt en appliquant strictement son code dédié, qui prévoit que la totalité des concessions deviennent des concessions forestières sous aménagement durable. Tout en réduisant la superficie forestière sous exploitation de 16 millions à 11 millions d’hectares à l’horizon 2025. Conservation des espaces naturels et sécurité alimentaire marchent ensemble, indiquera encore le Président de la République en soulignant que le Plan national d’affectation des terres devait garantir une utilisation rationnelle de la forêt « grâce à l’acquisition d’images satellitaires par un outil dédié et que nous mettons à la disposition des Etats qui sont engagés dans la même problématique ».

« En dépit d’un contexte national peu favorable, nous avons rempli notre part du contrat dans le strict respect de nos normes constitutionnelles. Car, en cette matière comme en d’autres, notre action doit toujours être guidée par deux principes: la souveraineté exprimée par les représentants de la Nation et la primauté du droit ».

Laisser un commentaire