Casimir Oye Mba favorable au dialogue de Jean Ping, suivi d’une rencontre avec Ali Bongo

0

S’exprimant ce mardi 15 novembre 2016 dans l’émission “invité Afrique’’ sur les antennes de Radio France internationale, Casimir Oye Mba, ancien candidat à l’élection présidentielle qui avait rallié Jean Ping dans la dynamique du candidat unique de l’opposition, a exprimé son intention de participer au dialogue souhaité par ce dernier, suggérant par ailleurs que les résolutions de cette rencontre soit confronté à celles qui proviendraient du dialogue d’Ali Bongo.

Invité Du journaliste Christophe Boisbouvier sur Rfi, Casimir Oye Mba a exprimé sa position quant au dialogue proposé d’une part par Ali Bongo, mais aussi par Jean Ping, dont il est l’un des principaux soutiens, «moi j’appartiens au camp de monsieur Jean Ping, donc j’irai au dialogue de monsieur Jean Ping, j’ai contribué à le faire élire, je suis heureux que les gabonais nous aient suivis et l’aient élu clairement dans les urnes le samedi 27 aout 2016» a-t-il précisé.

Cette décision du vice-président de l’Union nationale, résulte de la nécessité de maintenir «l’unité de la galaxie qui a été constitué autour de monsieur Ping pour les élections»

Toutefois, il est émet un bémol quant aux résolutions qui sortiront de ce dialogue, se questionnant de la démarche qui pourrait être suivi pour «les transcrire dans les faits, dans la réalité de la vie politique gabonaise», a ce propos il a suggéré que les réflexions tirés du dialogue du camp Jean Ping soit confronté à celle des partisans d’Ali Bongo et ainsi «voir dans quel mesure ce qu’on peut en tirer, au besoin avec un facilitateur national de préférence, ou à défaut étranger, un africain d’un autre pays» a-t-il souligné en substance.  

A la question de savoir si cette idée de retrouvaille entre le camp Jean Ping et celui d’Ali Bongo ne pourrait pas susciter un questionnement dans l’opinion, Casimir Oye Mba évoque le fait qu’il ne peut en être autrement, «pour que nos propositions rentrent dans la réalité juridique, constitutionnelle, politique du pays, la seul solution  que je vois c’est que nous croisions nos idées avec celles qu’aura produit le dialogue des partisans de monsieur Ali Bongo » relève-t-il.  

En outre, s’exprimant sur la participation ou non de son camp aux législatives, il constate tout d’abord qu’aller à ces élections «avec le même dispositif électoral que celui qui existe aujourd’hui, celui qui existait au moment des élections présidentielle, la même CENAP est là, la même Cour constitutionnelle est là, le ministère de l’Intérieur est là, bien évidemment il se passera ce qui s’est déjà passé», d’où la nécessité d’une refonte préalable du système électoral actuelle.

Quant à leur participation il a précisé «nous les gens de Ping, nous devons  apprécier précisément si on doit aller aux élections législatives maintenant, ou si il vaut mieux les reporter, conclure d’abord complètement les discussions et les négociations qu’elle pourront appeler».

Laisser un commentaire