Avis de décès : Katucia Dickobu, journaliste à Nord Édition s’en est allée

0

La jeune et dynamique journaliste Katucia Dickobu, rédactrice en chef du journal en ligne EchosduNord.com, filiale du groupe de presse Nord Édition dont les principaux titres sont les hebdomadaires Echos du Nord et Faits Divers, est décédée mercredi 13 juillet courant à Libreville des suites d’une maladie.

C’est officiellement à travers un communiqué de son employeur que la nouvelle de son décès est tombée. « La société Nord Édition a la profonde douleur de vous annoncer le décès survenu dans la nuit de mercredi à jeudi de Katucia Dickobou, Rédactrice en chef du journal en ligne EchosduNord.com ».

Avant cela des hommages lui ont été rendus par plusieurs de ses amis. « Katucia Dikobou ! Je savais que tu étais une plume et comme toute plume, elle se vide aussi de son encre au fil des mots et des pages. Ton départ vient une fois de plus nous rappeler, à l’heure où le Gabon doit opérer un choix, que rien n’est immortel », écrit Chamberland Moukouama, très touché par sa disparition.

Un autre de ses amis épris de douleur lâche ses quelques mots : « Katucia Dickobou qu’est-ce que tu nous fais là? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi Katucia ? Pourquoi ? Tu ne peux pas partir comme ça, toi la fille pleine de conviction, d’énergie. Toutes ces années d’université ensemble, ton ardeur dans ton travail de journaliste! Ta détermination pour un Gabon plus juste. Je suis sans mots. La nouvelle de ton décès me terrasse. Tu ne peux pas t’endormir comme ça Katucia ».

Ancienne étudiante au département des sciences de l’information et de la communication de l’université Omar Bongo, Katucia Dickobu a débuté sa carrière de journaliste au quotidien L’Union avant d’intégrer le groupe de presse Nord Édition.

Alerte dans la collecte de l’info, courageuse et dynamique, sont les caractères qu’on lui reconnaissait dans la profession et qui lui ont valu son ascension.

Katucia Dickobu s’en est allée et laisse derrière elle un grand vide dans l’univers médiatique gabonais.

 

Laisser un commentaire