Ali Bongo Ondimba : « Je suis par votre choix devenu le président de tous les gabonais (…) »

3

Ce 27 septembre 2016, le Président de la République Ali Bongo Ondimba a solennellement prêté serment en présence des autorités gabonaises en tête desquelles, le Président de l’Assemblée Nationale Jean Richard Auguste Onouviet, et la Présidente du Sénat Lucie Milebou-Aubusson.

On notera également la présence remarquée de certains candidats malheureux de l’élection présidentielle, dont Bruno Ben Moubamba, Dieudonné Minlama Mintogo , Raymond Ndong Sima, et Gérard Ella Nguéma. Les représentations diplomatiques et les autorités venues des pays voisins ont également honoré de leur présence

Ce sont au final près de 600 invités dont quatre Chefs d’États venus exceptionnellement pour la circonstance, Faure Essozimna Gnassingbé du Togo, Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, Evaristo Carvalho de Sao Tomé-et-Principe et de Mamadou Issoufou du Niger qui ont fait le déplacement du palais du bord de mer à Libreville.

Après les formules d’usage liées à la traditionnelle cérémonie d’investiture et le rappel des circonstances dans lesquelles se sont déroulées les élection par Marie Madeleine Mbourantsouo Présidente de la Cour Constitutionnelle que le Président de la République a récité son serment devant le Parlement, et la Cour Constitutionnelle, la main gauche posée sur la Constitution, la main droite levée devant le drapeau national comme le prévoit l’article 12 de la loi fondamentale « Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du Peuple Gabonais, en vue d’assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et 1’Etat de Droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge et d’être juste envers tous. »

S’en est suivi le discours du président de l’assemblée nationale qui a tenu à réaffirmer le soutien du peuple gabonais en ces mots « le peuple gabonais vous soutient et vous accompagne (…) pour porter toujours plus haut le flambeau du Gabon éternel ». Saluer au passage l’attitude « loin du renoncement » adoptée par Ali Bongo à travers son action politique qui, selon ses propos, « proscrit les défaites glorieuses ». Il a conclu en félicitant Ali Bongo Ondimba pour sa réélection à la tête du pays pour 7 années supplémentaires.

Le président réélu a avant tout propos souhaité saluer le peuple gabonais qui « a fait le choix de la démocratie et de l’Etat de droit » a-t-il rappelé. Il précise « (…) le 27 aout dernier notre pays a organisé des élections présidentielles à travers un processus démocratique reconnu par tous y compris par les observateurs étrangers. » Il a une fois de plus lancé un appel au rassemblement « Je suis par votre choix devenu le président de tous les gabonais sans distinction de quoi que ce soit » rajoutant « Je tends une fois de plus la main à toutes les gabonaises et gabonais (…) »

Enfin, il fait un clin d’œil au panafricanisme qui a été un soutien et un argument important vis-à-vis de la contestation qui a suivi la proclamation des élections du 27 août dernier « Nous devons régler nos problèmes entre gabonais, au Gabon, et au besoin avec l’aide de nos frères africains » avant de remercier l’action de pays et institutions Africaines ayant participé au processus électoral de notre pays « (…) c’est l’occasion de remercier tous les africains épris de paix et de justice ainsi que l’UA pour avoir soutenu le peuple gabonais et leur apporter de sages et précieux conseils pendant les épreuves que nous venons de passer »; « Rien sur notre continent ne se fera sans les africains comme l’ont déjà dit avant nous les pères de l’indépendance (…) » Ali Bongo Ondimba à conclu son propos par le renouvellement de ses engagements pour le septennat à venir.

La cérémonie s’est achevée par les félicitations individuelles des officiels et les honneurs militaires.

3 Commentaires

  1. « Nous devons régler nos problèmes entre gabonais, au Gabon, et au besoin avec l’aide de nos frères africains ». Autrement traduit : “LAISSEZ-MOI CONTINUER A MASSACRER LES GABONAIS QUI OSENT S’OPPOSER A MOI. ET MERCI AUX FRÈRES AFRICAINS QUI ME SOUTIENNENT DANS CE SENS”. LOL !!!

  2. CE TYPE, PLUS IL DURERA AU POUVOIR, PLUS IL EN PRENDRA GOUT COMME UNE DROGUE. ET QUAND ON EST DROGUE, ON NE S’EN PASSE PLUS. POUR AVOIR SA DOSE QUOTIDIENNE, ON EST PRÊT A TOUT : MÊME A TUER

Laisser un commentaire