Affaire Nord Edition : Célestin Embinga a-t-il démissionné ou démis de ses fonctions ?

0

C’est dans un communiqué du ministère de l’Intérieur, de la sécurité et de l’hygiène publiques chargé de la décentralisation et du développement local, daté du 8 novembre 2016, que Lambert Noël Matha a annoncé la prise d’acte de la démission du Directeur général de la Direction Générale de la Documentation et l’Immigration (DGDI), le Général Célestin Embinga.

Une communication aussi étonnante que surprenante, car l’hebdomadaire Échos du Nord n°366 paru ce mercredi 9 novembre nous a appris que « le Directeur général du Cedoc Célestin Embinga a été suspendu de ses fonctions avec interdiction d’accéder à son bureau ».  

Le Ministre de l’économie numérique, de la Communication, de la culture et des arts, porte parole du Gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze, s’exprimant sur radio France internationale  affirmait que  « les journalistes ont été interpellés pour être entendus, dans le respect de leurs droits».  

Cependant, pour le ministre, cette démission intervient suite aux récents événements qui ont eu lieu dans la matinée du 3 novembre dernier au siège du groupe de presse « Nord Édition », ce même jour, les journalistes des hebdomadaires Echos du Nord et Faits Divers ont été interpellés puis conduits à la DGDI par des agents en civil.

Dans son communiqué, Lambert Noël Matha a affirmé avoir ouvert une « enquête administrative à l’effet de cerner les contours d’une telle action opérée par cette entité des Forces de Police Nationale.»

Par la suite, il a évoqué les errements observés par cette entité et a ressorti « des violations manifestes des lois et règlements applicables aux procédures judiciaires et aux libertés fondamentales».

Le gouvernement ne parlerait-il pas d’une même voix ?

Si les deux ministres dans cette affaire ont des positions différentes,   l’hebdomadaire nous confie autre chose. En effet selon les Échos du Nord, « il semble que cette décision a été prise par le ministre de l’Intérieur himself. » Précisant en substance qu’ « il fallait bien faire une victime à la suite des évènements dont la maison “Nord Édition” a été victime ».

Toutefois, qu’on soit du côté du ministre ou du journal, il n’en demeure pas moins que les principales raisons qui ont conduit le Général Célestin Embinga à la porte de la DGDI  sont évidemment liées à l’interpellation illégale des journalistes et la torture dont ils ont fait l’objet le 3 et 4 novembre dernier.

Alors Célestin Embinga a-t-il démissionné ou démis de ses fonctions? La question reste posée. En attendant la publication de la lettre.

Laisser un commentaire