Affaire Jean-Remy Yama : point de presse du collectif des avocats

0

Le collectif des avocats de Jean Remy Yama, Roger Ondo Abessolo et Cyrlin Koumba Mba ont animé une conférence de presse le jeudi 28 juillet dernier pour édifier l’opinion sur la détention qu’ils jugent arbitraire de leurs clients.

Réunis autour des familles et camarades des détenus au siège de Dynamique Unitaire à Awendje dans le 4e arrondissement de Libreville, les avocats des leaders de la société civile ont tenu tout d’abord à s’interroger sur les motivations de l’arrestation de leurs clients, Maitre Moubeyi-Bouale a avancé : « L’arrestation de nos clients Jean Remy Yama, Roger Ondo Abessolo et Cyrlin Koumba Mba Essiane le 09 juillet 2016 et les mandats de dépôt à la prison centrale de Libreville décernés à leur encontre le 13 juillet par le juge d’instruction suscitent dans l’opinion une émotion particulière et des interrogations diverses. Il est apparu nécessaire de communiquer, de nous interroger sur les véritables motivations de cette procédure et de nous inquiéter de l’état de santé de l’un d’eux, Monsieur Jean Remy Yama. Depuis le 13 juillet dernier, nos clients séjournent à la prison centrale de Libreville. Nous disons que dans les conditions actuelles de la procédure, leur détention ne se justifient pas. Ils donnent des garanties par leur citoyenneté. Ils sont responsables et ne peuvent fuir. Leur place n’est pas donc à la prison centrale ».

Il est revenu par la suite sur l’état de santé de Jean Remy Yama qu’il trouvait inquiétant et sur les difficultés pour s’en enquérir « Son médecin éprouve toutes les peines du monde pour suivre l’évolution de la santé de Jean Remy Yama. » a-t-il précisé. Enfin le collectif s’est insurgé sur les incohérences de la procédure ayant conduit à l’interpellation et l’incarcération de Jean Remy Yama et ses camarades : « Cette procédure comporte des irrégularités qui nous interrogent sur le motif réel de leur incarcération. Nous ne laisserons pas l’arbitraire prendre le dessus sur la loi. Le ministère public n’a fourni aucune preuve sur les faits mis à leur charge. Dans ces conditions, les mandats de dépôt sont nuls et de nul effet. Ils doivent tout simplement être libérés s’ils ne sont pas accusés d’autre chose. Il faut le dire, le trouble à l’ordre public et l’attroupement non armé sont devenus des infractions imaginaires ».

Pour rappelle Jean-Remy Yama, Coordinateur général de Dynamique unitaire et Président du Mouvement Les Témoins Actifs, Roger Ondo Abessolo et Cyrlin Koumba Mba Essiane avaient été interpellés par les agents de la police judiciaire le samedi 09 juillet 2016 en marge d’une manifestation de l’opposition à Libreville.

Laisser un commentaire