Accident de Kango : les mesures du gouvernement aux allures de fuites en avant

0

Suite au drame survenu dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 août 2016, un Conseil spécial constitué de quelques membres du gouvernement s’est réuni à Libreville avec pour but de trouver des solutions qui consisteront à amoindrir les accidents de circulation et la perte de vies humaines sur la route.

De ce fait, le gouvernement a annoncé une mesure d’interdiction de voyage de nocturne.

Cette mesure est mal perçue par l’opinion publique qui estime que le problème ne se situe pas à ce niveau en raison des incompatibilités avec les réalités du pays. C’est l’avis de Felix M. une jeune cadre d’une société owendoise qui témoigne avoir quitté Libreville une nuit pour se rendre à Fougamou et accompagner sa mère à l’hôpital de Bongolo dans le département de la Louetsi-Wano pour y subir urgemment une opération. “ Imaginez s’il aurait fallu attendre le levé du jour pour m’y rendre “ se questionne-t-il avant de reconnaître: “ J’aurais peut-être perdu ma mère”.

Autre exemple parlant, quand nous savons que l’accident de Massika à bel et bien eu lieu en plein jour et que c’est l’accident routier le plus meurtrier avec 19 morts, comment interdire le voyage de nuit aux citoyens? De plus, l’interdiction du voyage de nuit ne serait-elle pas une entrave à la liberté d’aller et de venir consacrée par la Constitution gabonaise?

Les raisons de la survenue de ce drame sont à rechercher ailleurs. L’hebdomadaire Moutouki n°024 du jeudi 23 juin nous confie que le “ lundi 20 juin (…) Gabon Autosur a délivré un justificatif de visite technique accompagné d’un document avec la mention véhicule accepté, prochaine visite le 20 juin 2017 sans avoir procédé à aucune vérification “. Notre confrère précise en conclusion que de tels actes peuvent avoir des conséquences dangereuses.

Loin d’affirmer que le contrôle technique est à l’origine de ce drame, mais il convient de noter que la délivrance de la carte visite technique se font souvent sans aucun contrôle préalable.  C’est peut-être à ce niveau qu’il faut rendre plus coercitives les mesures.

De même, à l’approche de la propagande électorale et vu les déplacements effectués par les leaders politiques et leurs multiples sympathisants on se demande comment ils feront pour rallier les différentes provinces en un laps de temps vu l’état des routes, la distance d’une part, mais aussi le système de transport qui ne fait pas l’objet de mesures de réglementation susceptible de cerner qui sont les opérateurs et comment travaillent-ils.

Il serait peut-être temps que le gouvernement prenne du recule afin de traiter le problème dans le fond, en y apportant les mesures qui pourraient limiter ces accidents dont les perte en vie humaine sont importantes de jour en jour.

Laisser un commentaire